09 Mars
sujet :
Légendes de Compostelle: La Chanson de Roland

 

Vers l’an 778, je me trouvais moi, Charlemagne, dans l’attente de la reddition de Saragosse, quand je fus surpris dans ma tente par une ambassade du roi de Saragosse, Marsile, porteuse d’un message de paix. En réponse, je confiais à Ganelon la tâche de se rendre à Saragosse pour accepter la proposition de Marsile et, une fois cet objectif atteint, je décidai de m’en retourner avec mon armée en France.
J’ordonnai alors à mon fidèle Roland de porter l’étendard qui en faisait le chef de l’arrière-garde pendant le retour vers notre terre bien-aimée.

Tout allait bien, jusqu’à ce jour où, pendant une partie d’échecs, j’entendis le son terrible de l’olifant de mon cher Roland. Je me troublai car je compris à l’instant qu'un horrible événement était à craindre, mais Ganelon fit tout pour me distraire en me faisant croire que notre vaillant Roland était occupé à d’autres tâches, comme la chasse, et qu’il n’avait certainement pas besoin d’aide.

Les mots de Ganelon ne me calmèrent pas. Une force intérieure me poussa jusqu’à l’endroit où devaient se trouver les chevaliers de mon armée. En arrivant au défilé de Roncevaux, je compris la cause de mon tourment car je vis sur le sol ravagé leurs corps étendus, le sang répandu de mes pairs.

Je cherchai une explication à cette catastrophe quand un sourire furtif quoique empreint de malignité sur le visage de Ganelon m’indiqua qu'il était au fait de ce qui s’était passé. Ce félon, désirant la mort de son propre beau-fils Roland, avait conspiré contre moi et s’était allié avec Marsile.

Jurant que je rendrai coup pour coup, je me jetai sur les traces de l’armée de Marsile jusqu’à l’anéantir. Saragosse dut se rendre et quant au méprisable Ganelon, il me suffit de dire qu’il reçut son dû. Après un juste procès, il fut écartelé à Aix.

C’est ainsi que je pus venger l’honneur de mon armée.

Et l’histoire a voulu que tous ces évènements soient conservés par la mémoire populaire, à travers l’un des plus célèbres poèmes épiques du Moyen-Âge : la Chanson de Roland.

Contée par Charlemagne


retour aux posts